Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Nation, Agence immobilière PARIS 75012

L'actualité de CENTURY 21 Nation

Histoire de la place de la Nation - Paris 11e et Paris 12e.

Publiée le 23/07/2015

Jusqu’au XVIIe siècle, l’emplacement de l’actuelle place de la Nation n’était qu’un terrain en friche sur lequel fut élevé, en août 1660, un trône extraordinaire pour rendre hommage au roi Louis XIV et à son épouse, Marie-Thérèse d’Autriche, lors de leur retour de Saint-Jean-de-Luz où avait été célébré leur mariage. Cet endroit improvisé mais qui perdura, reçut naturellement le nom de place du Trône et le conserva jusqu’à la Révolution alors que disparaissait la foire aux pains d’épices qui s’y déroulait depuis le Xe siècle.

Un trône renversé.
En effet, les Sans-Culottes, jamais à l’abri d’une bonne plaisanterie aux frais de l’aristocratie, la rebaptisèrent place du Trône renversé et en firent l’un des nombreux lieux parisiens destinés à guillotiner à la chaîne. Finalement, lors de la fête nationale de 1880, on lui attribua son nom actuel, place de la Nation, ornant son centre quelques années plus tard d’une sculpture de bronze due à l’artiste Jules Dalou.

Les puces, ça pique...
Aujourd’hui, la place de la Nation marque l’extrémité de plusieurs artères des 11e et 12e arrondissements et se situe au cœur de deux quartiers administratifs de la capitale. Picpus était un district du village de Saint-Mandé annexé à Paris en 1860 pour former les huit nouveaux arrondissements, dont les habitants, selon la légende, auraient souffert d’une épidémie de piqûres au XVIe siècle. L’autre quartier administratif dont dépend la place de la Nation, Sainte-Marguerite, tient son nom d’une ancienne chapelle transformée en église paroissiale.

Notre actualité